Focus: La nécropole mérovingienne de Metzervisse (Moselle).

img-4-small640

Répartition spatiale des sexes et des différentes catégories de mobilier (dessin : B. Daux ; DAO : E. Rouger).

La nécropole mérovingienne de Metzervisse a été mise au jour lors d’une fouille préventive en 1995. Il fut mit en évidence qu’elle était en utilisation tout au long du VII e siècle jusqu’au IX e siècle. Cinquante-neuf inhumations furent découverte, le tout a proximité d’une villa gallo-romaine. Le mobilier funéraire est à la fois riche et bien conservé, révélant par sa composition (accessoires vestimentaires, parures, armes…) que la communauté était dominée par une aristocratie guerrière.

Le site se situe dans un secteur d’occupation anthropique très ancienne, remontant vraisemblablement au Paléolithique inférieur et moyen, datation proposée suite a la découverte de galet aménagés et d’éclats retouchés durant une prospection pédestre.

Les sources historiques citant pour la première fois le site sont datées de 897 / 898, nous donnant des informations a propos d’un don terrien au lieu-dit Hihelingas (HAUBRICHS, 1985, p.500 – 501). Ce nom de Hihelingas évoluera au fil du temps, on le connais en tant que Ichilingas au XII e siècle, Hekelinge en 1207, Henckelingen en 1336, et ban d’Heckling en 1698. L’habitat ayant prit place sur site aurait disparut durant la Guerre de Trente ans (PAULUS et alii, 1910 ; BLAISING, 1990).

La publication concernant cette nécropole aborde différent point, non seulement méthodologique mais aussi concernant les résultats des études scientifiques, elle est très complète concernant l’organisation des sépultures et les modes d’ensevelissements des corps. On apprend par exemple qu’une seule tombe présente les restes d’un linceul rehaussé de fils d’or et protégé par une auge en calcaire de Jaumont, cette tombe étant probablement celle d’un enfant au vu de sa petite taille.

Les sépultures ont une répartition spatiale bien précise, notamment celle a mobilier, les tombes « pauvres » étant concentrée dans la moitié ouest du champ, quand les tombes aisées sont dans la partie est. Parmi celle-ci ont notera la présence de trois tombes interprétée comme celle de Chefs « porteurs d’épée », le plus vraisemblable est qu’ils furent des chefs de clans.

Tous le mobilier mis au jour durant la fouille fut finement étudier, les résultats et les comparaisons sont parfaitement rendues dans la publication dans la RAE (Revue Archéologique de l’Est).

Outre l’étude mobilier, la démographie et les études anthropologiques sont présentées, la reconnaissances du sexe, de l’âge et de l’état sanitaire (pathologie, fractures, traumatismes…) des individus étant devenue une véritable préoccupation archéologique, en effet la confrontation de ces données offre la possibilité de connaître la répartition des sexes dans la nécropoles et certaines pratiques funéraires. Outre ces considérations, la prise en compte de la répartition par sexe des individus dans l’espace peut également apporter des informations essentielles a la compréhension du site.

La publication de Renée Lansival est si complète qu’il faudrait pouvoir l’analyser en détail, la seule chose que je peux vous conseiller c’est de la lire avec attention, elle le mérite, le travail fourni sur l’étude mobilière est à la fois gigantesque et aussi exhaustif que possible.

Cette publication est disponible ici.

Elisabeth Tribouillard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s