Redécouverte de la tombe de la Reine Arégonde.

parure_aregondeMobilier funéraire de la Reine Arégonde, parures.

Source: archeologiesenchantier.ens.fr

C’est lors des fouilles entreprises par Edouard Salin, en 1957 sous la basilique de Saint-Denis, que Michel Fleury a mis au jour un sarcophage contenant une inhumation féminine reconnue comme exceptionnelle par la qualité et la richesse de son mobilier funéraire. C’était la reine Arégonde, épouse de Clotaire Ier (511 – 561) et mère de Chilpéric Ier, elle fut reconnue comme telle par la présence d’une bague en or ornementée d’une inscription : ARNEGVNDIS REGINE, soit Arégonde Reine, déjà connue par les écrits de Grégoire de Tours, elle est maintenant reconnue et connue archéologiquement.

Les études récentes des restes humains associées aux études des restes organiques végétaux et animaux ont permis la réouverture d’une véritable enquête scientifique. D’abord ayant été déclarée morte à l’âge de 45 ans, soit entre 565 et 570, les nouvelles données ont changés totalement cette date, l’anthropologie nous dis maintenant qu’elle serait décédée âgée de 61 (avec une marge d’erreur de plus ou moins trois ans, seulement !), la Reine serait donc morte aux environs de 580, date correspondant beaucoup mieux avec la datation du mobilier funéraire, et confirme de ce fait l’identification historique de la défunte de la tombe 49.

Le réexamen des restes osseux ont permis de recadrer la chronologie, de fait le mobilier orfévré était de style animalier II évolué. Ces études ont été menées par le Laboratoire d’Anthropologie physique de Sophia-Antipolis à Valbonne (Var), sous la direction de Luc Buchet. Le remontage du squelette a permis de constater que malgré les lacunes, près de la moitié du squelette était conservée, dont la mandibule, la colonne vertébrale, une partie du membre supérieur gauche, le bassin, la partie proximale des fémurs, et enfin les pieds. Grâce à cela, la taille d’Arégonde a pu être estimée de 1,50 et 1,60 m et on permit de constater que la Reine était de constitution gracile.

L’étude du mobilier funéraire à lui aussi apporté son lot de surprise et de nouveauté. La paire de fibules discoïdes en or cloisonnés de grenats peut être d’importation, cependant, elles présentent des différences permettant à Michel Fleury qu’elles n’ont peut-être pas été produites dans le même atelier.

Les grenats présents sur différents objets du mobilier ont créé la surprise, en effet une partie d’entre eux proviendrait du Rajasthan, d’autres de Ceylan, et d’autres encore de Bohême. Cette répartition surprenante des origines des grenats prouvent que l’époque mérovingienne était riche et commerçante, et pas uniquement en interaction avec l’Europe occidentale, mais jusqu’à des contrées aussi lointaine que celles du Rajasthan, bien au delà de Constantinople.

Les éléments organiques ne sont pas en reste dans cette étude, en effet de nombreuses informations ont pu être récolté par les chercheurs, ils ont pu identifier le matériel fibreux présent dans la tombe de la Reine. Le linceul d’Arégonde était de toile claire, probablement en fibre végétale, elle était vêtue d’un manteau ou d’une cape « pelucheuse » (aspect du au textile foulé). On sait qu’un tissu de soie à motif géométrique tissé était porté par la Reine, ainsi que d’autres vêtements, telle une tunique légère. Ces données ont permis aux chercheurs de proposer différentes reconstitutions des vêtements, de la tenue de la Reine Arégonde.

Cette nouvelle étude de la tombe 49 de la basilique de Saint-Denis montre combien l’archéologie peut devenir une véritable enquête scientifique, renouvelant totalement notre approche des restes osseux et de tout ce qui peut être conservé dans une tombe de ce type.

Le point histoire et vocabulaire:

Grégoire de Tours : Georgius Florentius Gregorius, né vers 539 et mort en 594, évêque de Tours et historien de l’Eglise et des Rois Francs. Connu pour de par ses écrits : Dix Livres d’Histoire, ou Histoire des Francs.

Clotaire Ier : dit le Vieux, né vers 498 et mort en 561, roi franc de la dynastie des Mérovingiens, fils de Clovis. Il devient roi de Soissons en 511 après la mort de son père, roi d’Orléans en 524 et roi des Burgondes en 534, roi de Metz en 555, roi de Paris en 558, et de 558 à 561 il sera seul à la tête du Royaume des Francs, réunifié comme sous le règne de son père Clovis.

Chilpéric Ier : né entre 525 et 527 mort en 584. Roi franc de la dynastie des Mérovingiens, petit-fils de Clovis, fils de Clotaire Ier et roi de Soisson de 561 à 584, surnommé par Grégoire de Tours « Le Néron et l’Hérode de notre temps ».

Style animalier II évolué : apparut à la fin du VI e siècle, le style animalier est caractérisé par des détails zoomorphes s’intégrant dans des entrelacs symétriques.

A Lire: La tombe d’Arégonde. Nouvelles analyses en laboratoire du mobilier métallique et des restes organiques de la défunte du sarcophage 49 de la basilique de Saint-Denismore par Périn Patrick (Disponible en ligne ici)

Elisabeth Tribouillard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s